Dialba était la mère, le père de la parole

L’historien au luth à trois cordes s’en est allé mardi 24 avril 2018 à l’âge de 80 ans.

Djibo Badjé dit Dialba était au Niger, le plus grand griot généalogiste ; un jasare comme on les appelle en pays Zarma. Il connaissait les généalogies de près de 300 lignages et racontait les grandes épopées d’autrefois chez les Songhaïs et Zarma ; un apprentissage acquis auprès de son père dès l’âge de 7 ans.

Comme aucun de ses nombreux enfants ne l’a suivi dans la tradition orale et à défaut de voir l’un d’eux lui succédé, il a choisi depuis 1994 de transmettre son savoir à Sandra Bornand, une ethnologue suisse : 500 heures d’enregistrements à transcrire en zarma et en français.

RBG