Femmes et filles dans les sciences

Le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, a appelé à accorder une plus grande place aux femmes et aux filles dans les sciences. Une condition indispensable selon lui pour réaliser les Objectifs de développement durable (ODD).

« Les filles sont tout aussi capables que les garçons d’exceller dans les domaines des sciences et des mathématiques, à l’école comme dans le milieu professionnel », a rappelé M. Guterres dans un message vidéo à l’occasion de la Journée internationale des femmes et des filles de science (11 février).

« Toutefois, du fait de la discrimination généralisée dont elles font l’objet, les femmes occupent moins de 30% des postes de recherche-développement dans le monde », a déploré le Secrétaire général.

Pour le chef de l’ONU, il est indispensable d’agir de manière concrète et concertée pour mettre fin aux stéréotypes et aux préjugés : à commencer par mettre un terme à l’hégémonie masculine dans la représentation des scientifiques et des innovateurs sur les réseaux sociaux, dans les manuels scolaires et dans la publicité, a-t-il cité comme exemple.

« Nous devons encourager les filles et les femmes à devenir des chercheuses et des innovatrices à part entière, et les soutenir dans leurs projets », a déclaré M. Guterres. « C’est pour elles, mais aussi pour le bien de la planète toute entière que nous devons poursuivre cet effort si nous voulons réaliser nos objectifs de développement durable sur une planète en bonne santé ».

Le Secrétaire général a rappelé que tout au long de l’histoire, « d’Hildegarde de Bingen à Wangari Maathai », les femmes de science ont bâti notre civilisation. « Il est grand temps de croire et d’investir en elles », a-t-il conclu.

SOURCE Centre d’actualités de l’ONU