Higelin, l’artiste polyvalent s’en est allé!

Assailli par la fatigue et la maladie, l’auteur, compositeur, interprète, comédien, écrivain et poète français Jacques Higelin, adepte des concerts interminables, a définitivement quitté la scène vendredi 6 avril 2018 à l’âge de 77 ans.

Si sa carrière d’artiste a débuté au cinéma à la fin des années cinquante, c’est bien la musique qui aura rythmé sa vie de jeune comédien. En 1964, Jacques Higelin mit en musique des poèmes de Boris Vian ; l’année suivante, il rencontra Brigitte Fontaine et lui écrivit de nombreux tubes.

Avec la sortie de l’album BBH 75 en décembre 1974, Higelin se fit résolument un nom grâce au ton rock adopté et abandonna définitivement le style jazzy de ses débuts. Il enchaîna les disques d’or et remporta aussi le grand prix du disque de l’Académie Charles-Cros. Les années suivantes furent plus fécondes avec la parution en 1988 de l’album Tombé du ciel, certifié double disque d’or puis disque de platine!

Jacques Higelin ne reniait rien de ses convictions, soutien de feu François Mitterrand, ancien président français, il se produisait à la Fête de l’Humanité. Mais la bête de scène avait aussi de la mémoire, ses Lettres d’amour d’un soldat de vingt ans parues chez Grasset en 1987, en disent long.

Que dire enfin du livre-entretien Je vis pas ma vie, je la rêve paru chez Fayard en 2015, une autobiographie rédigée avec Valérie Lehoux où Higelin évoquait sa carrière influencée par Trenet, Bechet, Crolla, Moustaki, Jacno ou Barbara ? Tout y passe, ses années en communauté, son expérience de la drogue et de l’alcool mais aussi son amour de la vie : Tant qu’on est vivant, confessait-il, il faut être mouvant, émouvant.

René Georges Bada