Jeunesse africaine et immigration clandestine

L’édition 2018 du Festival des musiques urbaines d’Anoumabo (Femua) s’est ouverte mardi 17 avril 2018 par une série de concerts à l’Institut français d’Abidjan.

Initié par le groupe Magic System du chanteur vedette A’Salfo , commissaire général, il est placé, cette année, sous un thème d’actualité : l’immigration clandestine. Suite aux différents travaux de voirie entrepris dans le village d’Anoumabo, l’essentiel des activités pour cette édition quitte temporairement le site historique pour les installations de l’Institut National de la Jeunesse et des Sports d’Abidjan qui ont l’avantage d’héberger sur place les 300 invités du festival.

De nombreuses têtes d’affiches sont annoncées pour des spectacles : Soprano, Lokoua Kanza, Yémi Aladé, Bill Aka Kora, Sidiki Diabaté, Zeynab, Luckson Padaud, Dobet Gnahoré, Sidonie La Tigresse, Guy Christ Israël et les Leaders, etc.

Conférences, panels et témoignages aborderont largement le fléau de l’immigration clandestine lors du carrefour jeunesse et du Femua Kids.

Par ailleurs, un atelier en collaboration avec la Sacem se tiendra pour débattre de l’industrie culturelle en Afrique et des séances de coaching sont prévues pour des artistes débutants.

Enfin, des actions sociales, comme par le passé, sont attendues au cours de la présente édition : inauguration d’école Magic System à Séguéla et de maternité à Loulo, construction de cantine scolaire à l’école Magic System de Bangolo, construction de salles multimédia dans les écoles Magic System, etc.

La 11e édition du Femua fermera ses portes le 22 avril 2018.

RGB