Le Bénin pleure le roi du tchink system

L’information avait fait le tour des réseaux sociaux mardi 26 février 2019. Roger Stanislas Tohon alias Stan Tohon,  le mastodonte de la musique béninoise, longtemps amoindri par la maladie, mais revenu en force en 2003 avec l’album Résurrection, est décédé en France.

C’était en 1978 que le jeune artiste de l’époque décida de rompre avec la musique de variété et les interprétations. Il jeta alors son dévolu sur un rythme funéraire du centre Bénin qu’il modernisa et transforma en musique de réjouissance populaire avec une orchestration à base d’instruments occidentaux, de percussions aquatiques et de grosses gourdes. Une offre nouvelle de sonorités portée par une voix puissante, une coiffure extravagante et une image de guerrier.

En presque 40 ans de carrière, le roi du tchink system  a sorti pas moins de 27 albums avec des titres d’une énergie propre à ses musiciens exceptionnels. La mort, la non-violence, le devoir civique, la débrouillardise sont quelques-uns de ses thèmes favoris.

Le roi, comme l’appelaient certains, s’était aussi engagé dans le combat pour l’assistance aux artistes en difficulté sanitaire. Il contribua, par ailleurs, à la création du Syndicat National des Artistes Musiciens du Bénin.
René Georges Bada