Le Kenya mise à plein sur les énergies renouvelables

Dans le secteur de l’énergie, le Kenya a accompli des pas de géant en moins d’une décennie. Ce, grâce notamment à deux projets emblématiques dans les énergies renouvelables et qui ont bénéficié de l’appui décisif de la Banque africaine de développement : le parc éolien de Turkana et la centrale géothermique de Menengai.

Les chiffres parlent d’eux-mêmes : le taux d’électrification national du Kenya a bondi de 28 % en 2013 à plus de 60 % en 2017, selon les chiffres avancés par le président de la République Uhuru Kenyatta à la fin janvier 2018, lors d’une table ronde sur l’énergie organisée par la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique, à Addis-Abeba, en Éthiopie. Objectif : porter ce taux d’électrification à 80 % en 2020.

À deux ans de l’échéance, le pays est sur la bonne voie et progresse à grands pas malgré la forte période de sécheresse qu’il a traversée et une hausse de la demande de 11 % par an, grâce à deux projets emblématiques : le parc éolien du lac Turkana et la station géothermique de Menengai.

Deux projets qui ont bénéficié de l’appui décisif de la Banque africaine de développement qui, outre une aide financière conséquente, a travaillé de concert avec le gouvernement kenyan et d’autres partenaires au développement – Agence française de développement, Banque européenne d’investissement.

Tous se sont ainsi attelés à la diversification du bouquet énergétique du pays, en misant sur les énergies propres, fiables et à bas coût. En outre, ils ont œuvré au renforcement du réseau national en augmentant d’environ 10 % la puissance installée en énergie renouvelable.

« Six millions de foyers, soit 69,4 % de la population sont alimentés en électricité », soulignait, en juin 2017, Ken Tarus, le patron de la compagnie nationale de distribution d’électricité, Kenya Power.

Du coup, les délestages et autres coupures intempestives d’électricité ne sont quasi plus qu’un lointain souvenir. Et pour redonner un peu plus le sourire aux populations, le coût de la consommation d’électricité a encore baissé de 8 % au mois de juillet 2018, sur décision du gouvernement.

SOURCE Centre d’actualités de l’ONU