Malaria sous les tropiques : prudence !

Un nombre croissant de Belges voyagent dans les régions tropicales. En parallèle, malgré une diminution mondiale des cas de malaria, l’Institut de médecine tropicale (IMT) indique de que plus en plus de Belges contractent la maladie.

Ces cinq dernières années, l’IMT a constaté une augmentation légère mais constante du nombre de diagnostics de la malaria, avec un pic de 327 nouveaux cas en 2016. Environ 9 cas de malaria sur 10 ont été contractés en Afrique. L’IMT dispose d’informations précises sur cette maladie en Belgique : 4 cas belges de malaria sur 5 transitent par l’Institut.

Le message est clair : les voyageurs doivent mieux se prémunir contre la maladie. Les touristes belges, ainsi que les personnes d’origine africaine vivant dans notre pays sont en effet plus vulnérables à l’infection de la malaria. La population africaine locale y est constamment exposée et a de ce fait développé une certaine résistance à la maladie. L’IMT constate que les voyageurs belges d’origine africaine sous-estiment souvent le risque de contracter la malaria, ou pensent être immunisés en raison de leur naissance en Afrique. Certaines personnes sont plus exposées que d’autres : les jeunes enfants, les femmes enceintes, les personnes de plus de 60 ans et celles dont le système immunitaire est affaibli, comme les patients atteints du VIH/SIDA.

« La malaria est une maladie grave, mais tout le monde n’en a pas conscience lorsqu’il s’agit de se rendre dans des territoires où la maladie sévit », déclare le Dr. Ula Maniewski de la clinique du voyage de l’IMT. « Médecins et pharmaciens peuvent être davantage attentifs en abordant d’emblée l’aspect préventif de la malaria quand ils entendent parler de projets de voyage dans les tropiques. De même, il faut toujours penser à l’éventualité de la malaria si quelqu’un se fait porter malade après avoir séjourné sous ces latitudes. »

En 2015, cinq voyageurs ayant séjourné en Afrique ont rechuté après un traitement. Il est possible que le parasite de la malaria en Afrique développe une résistance contre les médicaments. L’IMT recherche à présent si tel est bien le cas.

L’IMT est reconnu au niveau international pour son expertise des maladies tropicales. C’est également un partenaire essentiel de la Coopération belge au développement qui a fait de la lutte contre les maladies tropicales son fer de lance.

SOURCE Affaires étrangères, Commerce extérieur et Coopération au développement, Belgique