Premier sommet de l’Alliance solaire internationale

Le président français Emmanuel Macron et le premier ministre indien Narendra Modi ont officiellement lancé l’Alliance solaire internationale (Asi), dimanche 11 mars 2018 à New Delhi devant une vingtaine de chefs d’Etats d’Afrique, d’Asie, d’Amérique latine et d’Australie.

Lancée en marge de la Cop21, fin 2015, l’initiative a fait l’objet d’un traité ouvert à signature puis à ratification lors de la COP 22 à 121 pays de la zone intertropicale, forts de leur grand potentiel solaire. Ce traité fondateur ratifié par 30 pays vise une plateforme commune de coopération afin de rendre accessible à 73 % de la population mondiale ne comptant que 23 % de la capacité installée en production d’électricité, les énergies propres et renouvelables, avec des solutions fiables et abordables.

Le Bangladesh indique avoir besoin chaque année de 50.000 pompes d’eau fonctionnant au solaire et l’Inde de 100.000 pompes au cours des trois prochaines années, selon Upendra Tripathy, directeur général de l’Alliance solaire internationale. Ces besoins pourront être couplés avec ceux de l’Ile Maurice et de l’Ouganda pour peser sur l’appel d’offres global. En dehors de ce projet, une centaine d’autres parmi les différents pays membres a d’ores et déjà été identifiée.

Pour le président togolais Faure Gnassingbé dont le pays a déjà mis en place des mini-centrales photovoltaïques, l’avenir est prometteur avec l’organisation. Le président malien Ibrahim Boubacar Keita pense pour sa part que les retombées pourraient enrayer la spirale de la violence car, les terroristes n’aiment pas la lumière et certaines contrées aujourd’hui sont dans l’obscurité.

L’organisation compte aussi sur les garanties de plusieurs banques de développement à l’instar de la Banque Mondiale pour rassurer les investisseurs. Elle espère mobiliser 1000 milliards de dollars d’ici à 2030 tant auprès des investisseurs privés que des bailleurs de fonds internationaux au rang desquels, l’Agence française de développement.

L’Alliance solaire internationale dispose actuellement de trois programmes adoptés sur une base volontaire par ses pays membres : Financement Abordable à Grande Echelle, Applications Solaires Décentralisées à Usage Agricole, Déployer les mini-réseaux solaires.

René Georges Bada