SOUAD ASLA, l’héritière de la tradition gnawa

SOUAD ASLA est héritière de la tradition gnawa, belle, généreuse, sensible et communicative, elle déborde de talent et d’humanité. Sa voix nous emmène aux portes du désert d’où elle a suivit Hasna el Becharia, mais sa musique, riche en métissages, nous laisse entrevoir le futur. Souad Asla est née à Bechar, dans le Sahara algérien, au cœur de la région de la Saoura. Limitée au nord par les monts du haut Atlas marocain et bordée au sud par les dunes rouges et dorées du grand erg occidental, Bechar est à la croisée de courants musicaux riches et métissés. Ici, la musique bédouine et les tempos berbères se sont, au fil d’une histoire meurtrie par l’esclavage, imprégnés de la musique africaine venue des gnawas. Descendant des esclaves noirs du vieil empire du Soudan, ils sont restés, malgré l’islamisation, les fils et les filles de Bambara. Leur musique est une médecine contre les tourments de l’âme: par la transe, elle exorcise; par les chants, elle libère. La musique Gnawa est un combat, la revendication d’une identité forte, jamais oubliée. La musique et les paroles de Souad Asla le sont aussi. En parallèle de son projet perso, Souad Asla porte depuis 4 ans le magnifique projet « Lemma – Femme » de la Souara », véritable hommage à la richesse des rythmes et de la culture de sa région natale.

SAMEDI 23 MARS – 20:30

AU STUDIO DE L’ERMITAGE
8 Rue de lErmitage, 75020 Paris
Tarif plein 13€ / réduit 11€